Revenir au site

L'art de l'IA : quel futur pour le marché de l'art ?

· Marché de l'art

En 2018, le marché de l'art a été secoué par un nouveau genre. Edmond de Belamy, réalisé par l'artiste parisien Obvious, s’est vendu chez Christie's au prix de 432 500 dollars. Pourquoi un tel scandale ? L’artiste n'était pas un grand nom, ni même un humain : l'œuvre a été entièrement créée par une intelligence artificielle (IA). Depuis ce jour, le marché de l'art s’est vu être inondé par une nouvelle vague d'œuvres d'art créées par l'IA.

Galeries d'art, collectionneurs, conservateurs et artistes se demandent comment réagir à ce nouveau médium. Que signifie-t-il pour les méthodes traditionnelles ? Comment peut-on le vendre ? Et, peut-être plus important encore, le rôle de l'artiste « humain » est-il désormais obsolète ? Nos experts se sont penchés sur les origines de l'art IA, sa position actuelle sur le marché et son avenir, afin que vous, en tant qu'artiste ou galerie, puissiez réagir à cette révolution.

Comment les artistes ont adopté l'IA

Le public du monde de l'art a jusqu'à présent été assez critique à l'égard de l'art de l'IA. Des programmes de création tels que Dall-E2 et Wombo AI étant gratuits et utilisables par tous, aucune compétence technique n'est désormais requise pour créer ces images. Ainsi, chaque personne ayant accès à Internet et doté d'un peu d'imagination peut concevoir des œuvres originales ou même disruptives. Si vous voulez voir par exemple une peinture du président américain Joe Biden dans le supermarché britannique Tesco, vous pouvez la générer. Mais peut-on dire que cela constitue une œuvre d'art ?

Joe Biden in Tesco, une série d'art IA en trois styles - de gauche à droite : réalisme, caricature et « rêve éveillé » © Dream by Wombo

Cependant, certains artistes acclamés intègrent ce médium dans leur portfolio. L'artiste Mario Klingemann, par exemple, a créé Memories of Passerby I, l'une des premières œuvres générées par l'IA à être mises en vente sur le marché. Anna Ridler, qui vit à Londres, a utilisé l'apprentissage automatique dans son œuvre de 2019, Myriad (Tulips). Cependant, comme l'explique Klingemann :

« L'art est dans la programmation et le système, plutôt que dans l'œuvre elle-même - ce qui représente un repère historique et conceptuel important dans l'histoire du marché de l'art ».

Mario Klingemann, Memories of Passersby I, 2018 © Sotheby’s

L'utilisation de l'intelligence artificielle dans le monde du design

L'intelligence artificielle est utilisée aussi par des acteurs de premier plan dans le domaine du design. Les architectes de Zaha Hadid, par exemple, ont employé l'IA dans la conception et la construction d’un bâtiment aux Émirats arabes unis, en intégrant le logiciel pour créer un bâtiment en symbiose avec son environnement. Philippe Starck, lui, a sorti La Chaise AI pour Kartell en 2019, entièrement conçue par l'intelligence artificielle pour être la plus ergonomique et la plus confortable possible. Si de tels géants du monde de l'art et du design emploient l'IA dans leur travail, c’est que cette dernière va sans doute continuer à prendre de l’importance. Mais comment devez-vous réagir, en tant qu'artiste ou galerie, à une telle évolution technologique ?

Le complexe Bee'ah, aux Émirats arabes unis, un projet conçu à l'aide de l'intelligence artificielle © Hufton+Crow, Zaha Hadid Architects

L'art de l'IA et le marché : comment réagissez-vous ?

En prenant une place grandissante dans le monde de l'art, l’IA se fait peu à peu adopter comme médium légitime dans le marché. Et le marché développe, à son tour, de nouveaux moyens d'exposer et de vendre cette expression visuelle singulière. En ce qui concerne les galeries, un nombre croissant d'expositions d'art artificiel émergent dans le monde entier. En 2019, le Barbican de Londres a présenté son exposition, AI: More Than Human, mettant en lumière le pouvoir de l'intelligence artificielle dans le monde de l'art. En septembre 2022, le générateur d'art artificiel UnrealArt a organisé une exposition ephémère à Amsterdam. Cette dernière permettait aux membres du public d'explorer les frontières de la créativité et de la technologie, en présentant un carrousel en constante évolution d'œuvres d'art générées par l'IA.

Portraits, une exposition par UnrealArt de portraits entièrement générés artificiellement © Unreal Art, Boring_Crypto

Cependant, ces expositions préliminaires ont été accueillies avec cynisme par les critiques, les collectionneurs et les conservateurs. Le journaliste Jonathan Jones a affirmé dans le Guardian qu'il avait vu « des fourmis être plus conscientes d'elles-mêmes » que ces créateurs. Il semble que l'art de l'IA ait encore du chemin à parcourir avant d'être accepté sur le même plan que les méthodes plus conventionnelles… Mais il s'agit tout de même d'un pas dans la bonne direction. Il est probable que dans les prochaines années, les œuvres d'art d'IA deviennent plus visibles dans les expositions, et même dans les foires d'art.

En termes de ventes, l’offre est a priori illimitée, et certaines galeries sont conscientes de ce potentiel économique. Le générateur d'art et galerie AI Art Shop a ouvert une marketplace en ligne, où sont proposées des sélections d'œuvres (Expressionism AI, par exemple) entièrement créées artificiellement. Chaque pièce unique est vendue dans une fourchette de 45 à 70 dollars, avec la possibilité de transformer l'œuvre en NFT. Le groupe Saatchi, pilier du marché de l'art, représente également la « galerie » sur sa place de marché Saatchi Art Marketplace, et vend les images pour environ 700 dollars. Il est clair qu'il y a encore une place et des opportunités économiques à gagner sur ce marché.

Œuvres d'art AI de la maison AI Art Shop en vente sur Saatchi Art Marketplace © Saatchi Art

Pour l'instant, il semble que l'art de l'IA à vendre soit principalement le fait de petits acteurs, mais quelques artistes plus connus commencent aussi à s'intéresser à ce médium. L'artiste visionnaire Sougwen Chung, par exemple, intègre l'intelligence artificielle dans son travail, explorant les complexités de la communication entre les personnes et les machines. Elle a été exposée au New Museum of Contemporary Art de New York. Il est fort probable que certains des plus grands noms du monde de l'art lui emboîtent bientôt le pas et que les œuvres d'art IA s'assureront une place de choix sur le marché de l'art.

Homme contre machine : l'art de l'IA va-t-il remplacer les artistes ?

Que vous soyez un conservateur ou un collectionneur, un artiste ou un galeriste, une question est sur toutes les lèvres dans le marché de l'art : l'art de l'IA va-t-il remplacer les « vrais » artistes ? Comme pour toute nouvelle technologie, une part de crainte y est associée. Car un logiciel capable de reproduire un Van Gogh ou d'imiter un Monet en appuyant sur un bouton représente une menace potentielle plus grande que jamais. Dans une étude menée par Ahmed Elgammal pour l'université Rutgers, 75 % des personnes ne pouvaient pas faire la différence entre les œuvres créées par des artistes et celles créées par une intelligence artificielle. Un chiffre élevé et assez troublant ! D'un point de vue esthétique, il semble que l'IA puisse remplacer, ou du moins égaler, l'art créé par les humains.

Le campus de l'université de Stanford par l'IA Van Gogh, mettant en évidence la précision avec laquelle l'IA peut reproduire les maîtres artistes. © Medium

Cependant, l'art est bien plus qu'une simple image. Il doit susciter une réaction émotionnelle tout autant qu'une réaction visuelle - sans compter le critère de l'investissement financier. La valeur d'une œuvre provient de son contexte, de sa cote dans le monde de l'art et de sa relation avec ce qui l'entoure. Dall-E2 et Wombo peuvent créer des œuvres esthétiquement belles, mais au fond ces logiciels utilisent la technologie pour créer quelque chose de joli, ce qui revient à promouvoir le logiciel créateur. Pour que l'art soit réellement une « œuvre d'art », il doit résonner chez le spectateur et se rattacher à un contexte extérieur, ce qu'une œuvre d'art générée par une IA isolée est incapable de faire.

La fusion de la créativité humaine et de la technologie informatique vue par l'artiste Sougwen Chung © sougwen.com

Lorsqu'il s'agit de vendre des œuvres d'IA, ce n'est peut-être pas l'œuvre elle-même qui en justifie la valeur artistique, mais plutôt l'histoire de l'artiste, sa pratique du logiciel et la contextualisation de l'œuvre dans le climat d'aujourd'hui qui permet à une « jolie image » d’atteindre le statut d’« œuvre d'art ».

Ainsi, ne pensez pas que l'IA va remplacer le travail des artistes, ou que tout le monde peut soudainement exposer en foire. L'interaction avec l'humain, additionnée à un vrai récit personnel, est nécessaire pour faire de l'IA une œuvre d'art.

Comment le marché de l'art peut-il accepter, plutôt que craindre, l'intelligence artificielle ?

En tant qu'artiste, il est plus intéressant d'imaginer l'intelligence artificielle comme un outil qui vous aidera, plutôt que comme un outil qui vous remplacera. Comme le souligne l'universitaire et auteur Valentin Schmite :

« L’IA est un outil ! Elle remplace l’artiste autant que l’appareil photo remplace le photographe… Il y a des créateurs derrière elle ». 

En effet les modèles algorithmiques peuvent être utilisés pour inspirer les artistes, en générant des résultats frais, nouveaux et surprenants, des images que l'on n'aurait peut-être jamais imaginées. David R. Murson, photographe et professeur d'anglais, compare l'utilisation d'un logiciel d'IA à l'enseignement d'un jeune étudiant :

« Il essaie de comprendre un texte et de nous communiquer ce qu'il voit, et il se concentre de façon étonnante et produit des choses auxquelles on ne s'attend vraiment pas ». 

L'intelligence artificielle peut donner aux artistes de nouvelles façons de penser et de créer, plutôt que de remplacer leurs métiers.

L'IA donne aux artistes une inspiration visuelle nouvelle et passionnante, Sofia Crespo, Neural Zoo, 2018-2020 © Sofia Crespo

Artiste et IA, comment vivre en symbiose ?

Adopter une nouvelle technologie est toujours intimidant, d'autant plus quand elle semble remplacer le rôle des artistes. Cependant, l'intelligence artificielle dans le monde de l'art doit être perçue comme quelque chose de nouveau, à comprendre et potentiellement à adopter, plutôt qu'à craindre. L’IA a permis aux experts de l'art et du design de créer des œuvres nouvelles et fascinantes, tout en inspirant aux futures générations d'artistes des idées dont on ne pouvait que rêver auparavant. Car le monde de l'art est en constante évolution, et chaque nouvelle vague comporte un élément de choc. Prenez par exemple le passage du réalisme à l'impressionnisme, du cubisme au surréalisme, ou du pop art à l'art conceptuel... Chaque nouvelle génération voit apparaître une nouvelle forme d'expression artistique reflétant le climat culturel, social et politique de son époque. L'art IA n'est pas différent, et le marché de l'art est aujourd'hui en train d’adopter un des mouvements artistiques (peut-être) les plus passionnants et diversifiés qui aient jamais existé. L'avenir nous le dira !

 

 

 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK